A consultative meeting for Tunisian civil society organizations at the headquarters of the National Syndicate of Journalists / Snjt

Des organisations de droits humains saluent l’annonce d’Organisations de la Société Civile Tunisienne de créer un comité de travail pour suivre l’évolution de la situation dans le pays

In uncategorized T by CIHRS

En solidarité avec le peuple et la société civile en Tunisie

Les organisations des droits humains soussignées expriment leur solidarité totale avec la société civile tunisienne, suite à l’annonce de mesures exceptionnelles sans précédent prises par le président de la République tunisienne le 25 juillet 2021.

Les  organisations  signataires déclarent également leur soutien aux revendications présentées par les organisations de la société civile tunisienne au président de la République pour l’accélération de la mise en place d’un « plan d’action selon un calendrier clair et défini dans le temps, en concertation avec les forces civiles concernant les besoins de la nouvelle étape, la sortie de la situation exceptionnelle et la nécessité de former un gouvernement dans les plus brefs délais ».

 Elles insistent par ailleurs sur la nécessité du respect du principe de séparation des pouvoirs et la totale indépendance du pouvoir judiciaire par rapport aux pouvoirs exécutif et législatif, tout en garantissant le respect des principes républicains, de la civilité de l’État, la souveraineté de ses institutions, la défense des acquis de la révolution tunisienne et des libertés publiques et individuelles ainsi que la protection du processus démocratique et l’ensemble des droits et libertés.

Lors de leur réunion[1] du 5 aout 2021, les organisations de la société civile tunisienne ont revendiqué « la nécessité de changer les politiques publiques impopulaires et inefficaces, et la révision des choix économiques et sociaux des dix dernières années, qui ont contribué à approfondir la crise économique, sociale et sanitaire dans le pays ».

Tout en rappelant la reconnaissance mondiale du rôle historique de la société civile tunisienne avant et après la révolution, récompensé avec l’attribution du Prix Nobel de la paix en 2015 au Quartet du dialogue national*[2], dont les quatre organisations ont assumé leur responsabilité politique et morale concernant la crise qui a menacé l’État tunisien, et ce à travers leur initiative de parrainer un dialogue sociétal qui a dégagé une feuille de route  évitant à la Tunisie les dérives  dont d’autres pays du printemps arabes étaient victimes.

Les organisations signataires saluent la décision de « former un comité de travail conjoint pour suivre les évolutions politiques dans le pays », et expriment leur espoir de voir ce comité aboutir à proposer une feuille de route qui pourrait aider à sortir le pays de la crise actuelle

Les organisations signataires:

  1. Cairo Institute for Human Rights Studies
  2. Syrians for Truth and Justice – STJ
  3. Syria Justice and Accountability Center
  4. Addameer Prisoner Support and Human Rights Association
  5. Dameer Foundation for Human Rights
  6. Syrian Center for Media and Freedom of Expression (SCM)
  7. Syrian Center for Legal Studies and Research
  8. SAM Organization for Rights and libraries
  9. The Day After
  10. Taafi Initiative
  11. The Palestinian Human Rights Organization « PHRO »
  12. Union of Agricultural Work Committees
  13. The Arabic Network for Human Rights Information
  14. Nadeem Center
  15. Egyptian Initiative for Personal Rights
  16. The Regional Center for Rights and Liberties
  17. Committee for Justice
  18. Association of Freedom of Thought and Expression
  19. Egyptian Front for Human Rights
  20. Aman against Discrimination(AAD)
  21. Libyan Network for Legal Aid
  22. Libya Crime Watch (LCM)
  23. Adala for All
  24. Supporter Organization for Human Rights
  25. Tamost Social and Cultural Organization
  26. The Tuareg Youth Organization for Dialogue & Debate
  27. International Arabic Organization For Women’s Rights
  28. The Voice of the Immigrant Organization
  29. 17 February Environment and Human Rights Organization

[1] Ont participé à cette réunion : L’Association des Magistrats Tunisiens, Le Syndicat National des Journalistes Tunisiens,L’ Association Tunisienne des Jeunes Avocats, L’Association Tunisienne des Femmes Démocrates, La Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme, Le Forum Tunisien des Droits Économiques et Sociaux et L’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche et le Développement.
[2]Le quartet du dialogue national était formé de : L’Union Générale des Travailleurs Tunisiens(UGTT), la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH) , l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) et de l’Ordre des Avocats (OA).

This post is also available in: العربية English

Share this Post